Avant d’être une marque, YAWA est mon quatrième prénom. C’est une partie de moi. Logique donc de me présenter.

Je suis née et ai passé mon enfance en Côte d’Ivoire. Je vis depuis en Belgique, à Liège où j’y ai construit mon cocon et crée ma tribu.

J’ai découvert la céramique à 16 ans et ce fut le début d’une grande romance.

Je me suis formée en restauration d’objets d’art et ai tenu un atelier de restauration de céramiques et de verres pendant quelques années avant de me consacrer entièrement à mon premier amour d’adolescente.

J’ai appris énormément de choses lors de stages chez des artisans que je remercie secrètement chaque jour ainsi que dans de superbes livres qui ont nourri mon imagination. Mais j’ai surtout beaucoup appris de mes erreurs, devant des fours autrefois complets de pièces ratées par manque d’expérience. Mon impatience légendaire en a d’ailleurs pris un fameux coup!

Les années ont passé et j’ai été aussi prof en haute école d’art. J’ai également animé des ateliers et des stages en extérieur, ce que je fais encore de temps en temps. En même temps, j’ai chéri mon mari, élevé mes enfants avec soin, éduqué ma chienne, retapé des maisons et déménagé plusieurs fois, pour atterrir dans mon dernier atelier YAWA où je vous recevrai peut être un jour comme élève.

Quand à ma production signée du même nom, elle est variée comme un plateau de fromages belges. Les formes et les intentions changent par période de vie car rien n’est immuable et parce que comme vous certainement, nous sommes plusieurs dans ma tête. J’y mets par contre à chaque fois beaucoup de coeur, et parfois poésie ou humour (enfin, je crois). Mais surtout, de l’application et de l’implication, que ce soit pour mes créations personnelles ou pour des objets de commande.

A part ça, j’aime ma soeur, ma maman et mon papachéritoutpleinpetitlapinenchocolat.
Et enfin, comme pour dans tout bon CV qui se respecte, je parle anglais, un peu espagnol, j’ai mon permis B et j’aime voyager.